unjourpola

18.08.08

244)





http://unjourpola.blogspot.com




retardataires, je vous aime quand même.

Posté par unjourpola à 21:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]


27.05.08

245) a design for liiiiife








migration annuelle
(ça y est, j'en ai marre de canalblog)

mon prochain blurb est déjà prêt,
see ya there & boo bye !







(faut demander pour avoir l'adresse. suis pas une fille facile, ho)

Posté par unjourpola à 14:40 - Commentaires [12] - Permalien [#]

25.05.08

243) post secret #11 is right

comment tu veux que je dise non quand sb. me dit faudrait que tu danses ? depuis 8h40 je vois bien que je polarise pas mal les regards mais j'y suis pas pour grand chose : c'était une soirée dresscodée couleur d'été, orange rouge ou jaune, et je viens de troquer une chemise d'homme orange pour une robe charleston rouge qui appartenait à ma mère - et quand je dis rouge je me fous pas de vous.
arborer des talons +6cm (d'où 1,75m) c'était un minimum. moi à 12 ans les talons j'en portais pas, sauf peut-être ceux de ma grand mère pour déconner. apparemment les temps changent, j'ai jamais vu des gamines aussi sapées. aussi sèches, même.

j'ai eu beau boire boire boire, pas moyen d'être soûle. et pourtant la sangria, et pourtant le champ', et pourtant le rouge, enfin merde quoi. c'est pour ça, quand sb. me dit faudrait que tu danses, avec ta robe charleston, je lui réponds qu'à moins de 2gr c'est compliqué. il me dit tu veux un verre ? en rigolant, et deux minutes après je rejoins frangin, je lui demande tu danses pas ? il me répond à moins de 2gr c'est pas possible.
ha ha ha.

et j'ai fini par danser quand les plus vieux ont déserté la piste après avoir dansé la macarena et d'autres conneries en se roulant sous les tables, parce que cr. m'a dit qu'est-ce qu'il te faudrait pour danser et j'ai répondu santa esmeralda. en fait j'aurais pu lorsqu'ils ont mis une country, mais à ce moment j'étais vachement plus occupée.

samedi prochain, même sans robe charleston, on la remet ?

+ dès que je touche ma prochaine paye, je m'offre les sandales du dernier post. ma performance d'hier soir, 8h debout en talon à piétiner, sans gémir et sourire pas en option, m'a over-boostée.

<self-esteem> A..... P..... à oikos 21 mai

Coucou
j'aurais besoin d'un ptit coup de main: je n'ai jamais fait d'affiches pour des conférences et je n'ai aucun logiciel le permettant sur mon pc (enfin je crois), bref j'y connais rien et il faudrait qu'on ait une affiche de prête pour vendredi au plus tard.
Y aurait-il une bonne âme prête à m'aider please....?


K.... Z.... à oikos
21 mai

Demande à oriane, qui a arreté de lire ses mails de boucle en novembre...


putain y a pas à dire j'adore quand on me caresse dans le sens du poil, je fais ron ron ron et je suis prête à me coucher à 4h du matin. le résultat, c'est ça :


blog

</self-esteem>

Posté par unjourpola à 22:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21.05.08

242) this is pure girly nonsense

il m'arrive un truc pas normal. depuis que je lis le blog de garance doré, je crève d'envie d'apprendre à marcher sur du 10 (voire plus dans mes moments d'euphorie). là où je commence vraiment à m'inquiéter, c'est que j'ai poussé le vice jusqu'à en essayer. oui madame.
et donc, ci-dessous, ma sélection (qui va sans doute finir chez etam, on a le porte-monnaie qu'on peut) pour une fête genre garden-party en moins guindé et plus trashy (d'après prévisions fiables).

chaussure

bon. à part ça, y a un newlook qui a ouvert près de l'école, pour ceux/celles qui ne connaîtraient pas, c'est un truc à fringues pas chères d'esprit topshop et autres boutiques anglâââises, avec un rayon chaussure ahh ! ooh ! et peut-être même iiih !
faut que je prenne des forces pour demain soir. et après-demain soir. et après-après-demain soir, entre les comédies musicales (= gala de charité), les soirées de passation (= binge drinking & stinkin' songs, jungle tu viens ?), les obligations familiales (= smart drinking & rock'n'roll).

Posté par unjourpola à 21:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20.05.08

241) and it goes round round round

me défonce de musique merci les fluokids, dites-moi, jamais vous devenez vieux ? à 35 ans tu porteras toujours du fluo ? et à 45 ? et à 75 ? ou alors tu feras toi aussi partie des petits kamikazes qui jurent sur la corde qu'ils se pendront avant de devenir vieux et cons, ceux qu'on finit forcément par recroiser trois gamins et un break volvo plus tard dans un centre commercial ?
ce soir je me soûle de sommeil pour oublier que ce matin j'étais à nantes et que c'était bien, que <3 lady chatterley et les conversations qui ont suivi oui mais attends, l'idéal rousseauiste, tu comprends oui je comprends stoooop pitié !! que coca light, piscine, tournoi de foot et j'en oublie mes deadlines.

sinon ma coiffeuse s'est barrée aux canaries et comme dirait ma grand-mère, "on fait pas boire un âne qui n'a pas soif".

Posté par unjourpola à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14.05.08

240) can't believe i did that

untitled

bon. c'est sorti du placard, ça vaut son poids en fond de teint (une demi-truelle rien que sur mon nez, merci) et ça se voit pas sur la photo mais j'étais super coincée. pour l'air de junkie, c'est fait exprès. sisi.

Posté par unjourpola à 17:18 - Commentaires [9] - Permalien [#]

12.05.08

239) it's ok 'cause you're young

mouaow je prends une grande inspiration et je vais vous raconter budapest parce que voilà, ça valait son poids en schnitzels et c'était vraiment un truc de meufs, genre meufs.

déjà l'aller : compte 25h de car avec un chauffeur hongrois qui se débrouille pour se perdre à 2h du matin sur une autoroute allemande et faire demi-tour sur une voie de tramway sur un pont. compte aussi les arrêts tous les 1/4 d'heure pour des raisons encore obscures à ce jour. compte ma dernière douche qui datait de la veille et mon shampoing je t'en parle même pas. de toutes façons, au bout de 4h de route, t'as déjà envie de te couper les jambes, ce qui soit dit en passant règlerait quand même pas mal de problèmes.

sur place : à 8h du matin un autochtone me hurle un truc incompréhensible alors que je suis en train d'enfiler un pull. j'en déduis que ce n'est pas la coutume. après avoir changé mes euros en forints, balade dans la ville. amoureux de naples, ex-communiste, aimant l'art baroque, l'art nouveau et la sécession, tendance exhibo, gay et/ou lesbienne, bupapest est faite pour toi. on échoue dans les bains non-mixtes du gellért à 16h : 15mn pour trouver les vestiaires, 15mn à attendre nos draps de bains (loués pour 1 euro) avec des employées qui hurlent "one moment, one moment" avant de t'enfermer dans une cabine à rideau en disant "i lock, i lock" but wtf how can you lock a curtain ?, 15mn pour trouver les bains hammams saunas et piscines et la pedikür : couloirs kafkaiens, esthéticienne braillant "six o'clock, six o'clock" en pointant un ticket entièrement rédigé en hongrois où nulle part, même en plissant les yeux, tu trouves un 6. et encore, je passe sur la galère que ç'a été pour récupérer nos cautions, avec une employée pour faire l'interprète, mais comme dirait ml., "elle fait l'interprète magyar-magyar en fait, c'est unilatéral", ce qui est quand même top utile.

le retour était moins folklo, de toutes façons j'ai assez rapidement abandonné toute velléité de révisions, c'est pas comme ml. qui, vaille que vaille, a fait de la compta g, t'imagines ? de la compta g alors qu'on en était à jouer à la juste choppe en pariant sur l'heure précise à laquelle rf. embrasserait enfin la blondasse importée de bulgarie qu'il travaillait au corps depuis 11h du matin.

je passe aussi sur le dîner a little spicy selon le serveur mais putain ça arrache la gueule selon nous, les fous rires dans la rue, les reconstitutions de fresques soviétiques, les pâtisseries à la crème, les naturistes dans les bains, les paris crétins, etc. pendant 5 jours c'est comme si j'avais eu 5 ans de moins + le droit de boire de l'alcool. le pied.

so far j'ai quelques photos mais une flemme infinie et des trucs assez urgents à faire (informatique, mission, mise en page, anglais, compta g) comment te dire ? il fait beau dehors et il va falloir que je me fasse à l'idée que d'ici à vendredi, il va falloir faire quelque chose, parce que vendredi cassos los amigos : je traînasse à angers pour revoir une pote de chez la vieille de la vieille, puis nantes et puis back home ; l'été à nantes, ça doit être pas mal non plus, avec les bords de l'erdre, le lieu unique, le café pop, la 8.6, blondie, etc.

quelque part quand il y sera plus ça va me manquer, je crois.

Posté par unjourpola à 12:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]